Ouch ! Ford Ecosport : à cours d’assise

Ouch ! Ford Ecosport : à cours d’assise

Nouvellement lancé en Europe en 2014, Ford compte sur l'Ecosport pour prendre une part du gâteau prometteur des SUV urbains. Vendu depuis plus de dix ans en Amérique Latine, l'Ecosport arrive avec cette seconde génération pour se frotter aux Renault Captur, Peugeot 2008, Opel Mokka et autres sur un segment très porteur.

Dès le premier regard, un élément est marquant : la taille des roues. En proportion, elles apparaissent largement sous-dimensionnées.

Quelles conséquences en termes de perception ?

Clairement, cela le déclasse immédiatement. Face notamment à un Renault Captur qui présente dès le premier regard une cohérence et une assise très satisfaisantes, dignes d'un leader sur son segment. En comparaison, l'Ecosport peut être perçu comme un "sous-SUV" urbain.

L'assise est résultante une bonne proportion des roues sur la silhouette globale, de leur bon positionnement également. Une bonne assise est le gage dans l'esprit des clients d'une promesse de bonne tenue de route, sécurisante incontestablement, et promesse de plaisir de conduite potentiellement.

Une assise loupée, des micro-roues  renverront à l'incohérence d'une silhouette trop imposante pour sa base roulante, et donc une moindre valeur perçue.

Et surtout, cela peut susciter de la défiance vis-à-vis de sa qualité de tenue de route. Les clients se projettent en permanence dans l'usage, et les modèles mal chaussés renvoient à un sentiment d'insécurité, en cas de manoeuvres d'urgence. Tel est le poids de la perception, quelques soient les qualités réelles de ces modèles. L'Ecosport risque alors d'être perçu comme une "suvonnette" face à ses concurrents leaders du segment.

Il est par ailleurs troublant de trouver cette image parmi les premiers résultats Google en cherchant des images du Ford Ecosport.

Source : http://bharathautos.com/ford-ecosport-toppled-again-during-a-testdrive-in-perumbavoor-kochi.html

Quelles que soient les circonstances de cet accident, cela peut alimenter le doute perçu dès le 1er regard. Et, comme le dit l'adage, "il n'y a  pas de seconde chance de faire une bonne première impression".

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire