TGV par Lacroix : les 2ndes paraissent longues

TGV par Lacroix : les 2ndes paraissent longues

Je suis de la génération TGV. Né en 1976, j’ai grandi sur le skaï orange des « trains corail » et j’ai vu peu à peu arriver le TGV. Une autre dimension !

Voyageur régulier, j’ai observé les évolutions,  les restylages progressifs.

Les rames « Lacroix » de 2nde classe attirent aujourd’hui mon attention.

Source : SNCF Médiathèque

Haut en couleurs

On y injecte ici la couleur, dépareillée, les associations surprenantes. Soit. Cela me rappelle une version du Renault Scénic où aucun siège n’avait un tissu commun aux autres. Le modèle invendable, quoi, mais qui a le mérite de défouler les équipes créa.

 

Cet habillage a au moins la particularité d’être rafraichissant…quand il est neuf ! Choix audacieux, car les couleurs vives ne supportent pas les tâches, qui sautent alors au visage.

Ce qui retient particulièrement mon attention est comment le TGV, qui dans mon imaginaire représente le voyage rapide sur de longues distances et qui devrait donc être associé à des valeurs de confort, de bien-être, est ici malmené…

 

SNCF : Siège Nettement Court et Ferme

TGV rame Lacroix 2nde classe. Visuellement, les sièges annoncent la couleur, si je puis dire.

Le confort d’assise est cohérent de la première impression visuelle : dossier et assise fins qui n’évoquent pas le moelleux d’un bon confort d’approche, assise diablement courte !

 

Pour faire un rapprochement avec le monde automobile, ce siège est à l’image de celui d’une Citroën C1, ou ses sœurs jumelles Peugeot 107 et Toyota Aigo. Sur un Paris-Toulouse, cela signifie plus de 5h sur un siège trop court et trop dur. Un vrai manifeste pour choisir la 1ère…ou l’avion.

Dans la navette Air France, on n’est pas super bien assis, mais ce n’est que pour une heure.

Ce siège évoque plus la table à repasser que le fauteuil club…Il est même comparé à un « banc en pierre » ou appelé « siège en bois » sur les fora de voyageurs.

Ayons en tête que l’assise idéale exprimée par les clients pour un long voyage confortable est celle qui va « jusqu’au creux du genou » ?

Peut-être suis-je trop grand pour voyager en 2nde Classe, car c’est plutôt jusqu’au pli de la fesse que ce siège s’arrête.

 

Pourquoi ? Economies ? Incitation à choisir la classe supérieure comme je viens de l’évoquer ? Subterfuge pour donner la perception d’un espace généreux au niveau des jambes (ruse usitée dans l’automobile) ?

Peut-être tout cela à la fois.

 

Une fois (mal) assis, à vous le voyage, le paysage qui défile, les jolis villages qu’on aime voir, les châteaux blottis dans la nature, en un mot tout ce qui régale le voyageur mais qui, lors d’un instant d’empathie, lui font comprendre pourquoi ces mêmes villages, ces mêmes châtelains, tentaient de bloquer l’implantation d’une ligne à haute vitesse sous leurs fenêtres.

 

J’en reviens à l’ambiance à bord de notre TGV 2nde classe.

Matériaux : Liseuses 1 – Tête 0

Quel est le point commun entre celui qui va pour regarder si sa veste est bien disposée à plat dans la zone dédiée au-dessus de sa tête, et celui ou celle qui veut se rapprocher de son (sa) conjoint(e) ?

= BING !

Ce bruit, c’est celui de son crâne butant sur la liseuse, pièce intrusive installée entre les 2 voyageurs assis côte à côte. Forme protubérante, en métal !! Aïe ma tête !!!

Ma vision du bien-être en prend encore un coup, sur la tête cette fois…

Qui ne s’est pas flanqué la tête dans ces satanées liseuses ?

 

De plus, j’ai constaté qu’au dos de ces sièges, un porte-documents est installé, en bas du dossier, au-dessus du repose-pieds.

La matière est cette fois-ci du plastique. Ce n’est pas que je milite pour un porte-documents en métal, mais quelles conséquences à l’usage ?

Plusieurs étaient cassés dans la rame dans laquelle je voyageais. En effet, quoi de moins précis et violent qu’un pied qui va chercher à rabattre le dit repose-pieds ?

=RE-BING !

Et le porte-documents de céder.

Du métal au-niveau de la tête, du plastique cassant au niveau des pieds.

 

Carré Enfant : on fait table à part ?

Mon dernier trajet a été vécu sur une place du « Carré Enfant ».

Moi qui redoute les « carrés » en raison de la gestion permanente d’entrecroisement des jambes avec la personne assise face à nous, j’ai goûté à pire encore : la même chose, mais sans table entre nous.

Et pas une place à piquer ailleurs, le train était bondé…d’enfants en colonie qui vivaient le voyage sur des sièges à leur taille et en « duo côte à côte ». Bien vu de leur part.

Je jonglais donc entre mon ordinateur sur les genoux, et le type en face qui s’étalait.

Mais pourquoi  diable ne pas étudier une table escamotable, comme les assises de siège ?

Ce qui est vivable sur 45 minutes de trajet devient infernal sur 3 heures.

La convivialité recherchée en Projet devient ici la clé du voyage gâché.

 

Satisfaction client = qualité perçue – qualité attendue

Donc si on s’attend au pire, peut-on sortir satisfait avec une prestation moyenne ?

Je zoome là sur la difficulté de connaître à l’avance les prestations à bord avant de voyager. Après une journée harassante, on s’imagine avec soulagement affalé dans son siège, même si on a à travailler sur son ordinateur, ou mieux encore, à regarder un film.

Et avec le renouvellement des rames, on ne sait jamais si la SNCF aura la bonté de nous offrir de quoi brancher nos indispensables appareils.

Du « waouh y’a une prise ! » pour celui qui s’attendait au minimum syndical, à « ouf, y’a une prise » pour celui qui sait mais qui doute, à enfin « fait ch… y’a pas de prise » pour celui qui s’attendait à …trop, manifestement.

 

Rideau !

Je dois vous avouer, et c’est là le mot de la fin, que je n’avais pas été séduit par les animations graphiques posées sur les plaques de verre constituant les porte-bagages installés en hauteur. L’aspect est trouble, baveux.  Peu valorisant.

J’ai réalisé récemment une des conséquences de ce choix, et qui l’a peut-être dicté : il n’est plus possible de voir par reflets les passagers, ni les passagères du coup, exercice que j’affectionnais en pleine adulescence.

Cela respecte mieux l’intimité de chacun.

Et puis il y a Meetic pour se rencontrer…bon, alors.

 

Allez, bon voyage.

3 Comments

  1. DE OLIVEIRA

    merci pour les info (notamment sur le carré enfants). je m’en vais de ce pas changer la place sur mon billet!

  2. Ludi

    Idem: j’oublie le Carré Enfant, et je vais prendre le Carré Famille, vu qu’y plus de places Duo… Au moins j’aurai une table! Merci beaucoup! Cette info n’est PAS sur le site de la SNCF bien sur…

  3. Ludi

    PS: bien sur ma tête a deja fait BING contre la liseuse

Laisser un commentaire